top of page
Metropolitan Jazz Octet logo
Hot Liner Notes

Notes de doublure
Il fait trop chaud pour les mots

The Bowie Project Album Cover
The Bowie Project

Vous n'aurez pas besoin d'aller très loin dans ce disque – environ 75 secondes, je dirais – pour comprendre pourquoi le Metropolitan Jazz Octet et Dee Alexander semblent faits l'un pour l'autre. Après le couplet rarement entendu de "Ain't Nobody's Business", l'arrangement de Jim Gailloreto fait tourbillonner les cors ensemble dans un bebop Dixieland d'improvisation collective; et pourtant, chacun émerge avec une clarté haute définition. Alexandre fait de même lorsqu'elle rentre; elle devient un autre instrument dans le mix.

 

Je pense que Tom Hilliard serait d'accord.

 

Hilliard était le saxophoniste et arrangeur de Chicago qui a formé le premier Metropolitan Jazz Octet dans les années 1950 et a ensuite enseigné à l'Université DePaul, où ses étudiants ont inclus trois musiciens sur ce disque : les saxophonistes Gailloreto et John Kornegay, et le pianiste Bob Sutter. Lorsque la santé de Hilliard a commencé à décliner au début des années 2000, il a légué ses cartes MJO à Gailloreto, qui a relancé le concept pour créer le groupe actuel. (Appelez-le MJO 2.0.) Au début, ils se sont réunis juste pour jouer à travers les arrangements de Hilliard. Mais au moment où ils ont enregistré The Road to Your Place (leurs débuts en 2018), ils avaient une nouvelle musique, écrite par Gailloreto, Kornegay et le trompettiste Doug Scharf – tous inspirés du travail de Hilliard.

 

Le format octuor est quelque chose d'unique : dans la zoographie du jazz, il ne compte ni comme poisson ni comme volaille. Hilliard s'est écarté de certains groupes antérieurs de taille similaire (dirigés par Miles Davis et Shorty Rogers) en éliminant les cuivres inférieurs qui rendaient ces groupes plus « orchestraux » ; au lieu de cela, il se délectait des textures translucides qu'il pouvait tisser à partir d'un éventail plus traditionnel de trompette, de trombone et de saxos. Bob Sutter le décrit comme « à la fois un gros petit groupe et un petit gros groupe. C'est plutôt un « big band de chambre ». Tom avait l'habitude de s'extasier sur l'octet », qui n'a enregistré qu'un seul album, se souvient Sutter ; quand il a finalement pu jouer certains des classements de Hilliard, il a compris pourquoi.

 

Mais la vraie mesure du respect artistique ne réside pas dans la répétition des innovations précédentes. Cela vient de la construction et de l'extension de ces concepts, comme le MJO l'a fait ici - non seulement dans l'utilisation d'harmonies mises à jour et de rythmes plus sophistiqués, mais aussi dans l'ajout de cordes sur plusieurs pistes, élargissant la gamme de couleurs et de textures à la disposition des arrangeurs. Gailloreto les utilise pour la gravité appropriée dans sa version magistrale de "Strange Fruit" - qu'Alexandre chante avec un drame approprié. D'autre part, il combine les cordes avec une magnifique écriture des bois pour créer un cadre printanier pour « Things Are Looking Up » (marqué par les paraphrases légères d'Alexandre) ; pendant ce temps, dans le tableau de Kornegay pour "Je suis un fou de te vouloir", ils offrent une romance douce et douce.

 

Même sans augmentation violonistique, la MJO reste puissante et enivrante, à de trop nombreux moments pour être entièrement décrite ici. Le délicieux «Twenty-Four Hours a Day» a une intro de piano de boîte à musique qui correspond aux paroles, et Alexander se prélasse dans son pont teinté de tango. "I Wished on the Moon" met en lumière le sax baryton de Peter Brusen dans le choral d'ouverture, et plus tard, le solo de trombone dansant de Russ Phillips. « Somebody's On My Mind », un flambeau obscur, fleurit avec le contrepoint ; et sur la chanson titre, Gailloreto joue en solo sur un montuno déferlant, alors que le scatting d'Alexander transforme une bagatelle coquine en un somptueux dessert.

 

La décision d'ajouter Alexander – le chanteur de Chicago au ton parfait et incroyablement polyvalent, qui travaille dans des contextes allant de trios intimes jouant le Great American Songbook à des orchestres de jazz présentant la Great Black Music de l'AACM – a été facile. Comme la plupart des arrangeurs qui rencontrent Alexander, Gailloreto a tout de suite su qu'il voulait travailler avec elle. Ce n'est que plus tard qu'il s'est rendu compte que 2019 marquait le 60e anniversaire du départ de Billie Holiday de la planète; c'est alors qu'il a suggéré qu'ils rendent hommage avec un mélange de classiques des Fêtes et d'éléments moins connus de son vaste répertoire. d'arrière catalogue, a sauté sur l'occasion. Et lorsque les sessions en studio ont commencé, les membres du MJO sont rapidement tombés sous le charme de leur invitée, une diva sans ego qui savoure l'occasion de mettre sa voix au service d'un concept plus large.

 

Alexander n'a jamais envisagé d'imiter le timbre ou le phrasé qui rendent Holiday si immédiatement reconnaissable. "Je serais une risée si j'essayais de ressembler à elle", dit-elle. (Je n'en suis pas si sûr, car elle a imité de manière fiable des oiseaux, des trompettes, des singes, des insectes et même un didgeridoo lors d'occasions précédentes). Les arrangements du MJO ne tentent pas non plus d'imiter les septuors et octets de taille similaire qui ont soutenu les premiers travaux de Holiday. Au lieu de cela, l'album devient une capsule temporelle multigénérationnelle : des musiciens exceptionnels du 21e siècle, s'appuyant sur un son d'octet créé 60 ans plus tôt, pour revitaliser les chansons que Holiday a commencé à enregistrer dans les années 1930. 

 

Il sert également de tremplin pour le seul aspect du travail de Holiday qu'Alexandre imite. Sutter le dit ainsi : "Dee fait ce que 90 % des chanteurs ne font pas : au lieu de simplement chanter la chanson, elle raconte une histoire, comme Billie." Et pendant tout ce temps, le MJO raconte ses propres histoires évocatrices : des récits sans mots mais tout aussi lettrés pour compléter l'instrument humain invité en leur sein.

 

 

NEIL TESSER
bottom of page